La révolution sur quatre roues

La voiture comme objet de désir: la fascination pour le transport individuel motorisé est aussi vieille que la voiture elle-même.

faszination_auto_hauptbild_920px.jpg

Même si les Suisses donnent la priorité à l’utilité au quotidien de leur véhicule, les jeunes et moins jeunes s’enthousiasment encore aujourd’hui pour la voiture en elle-même et le transport individuel motorisé. Certains représentants de premier plan de la branche automobile, mais aussi de la politique, de l’économie et du sport nous confient ce qu’ils apprécient particulièrement dans la voiture et la route.


Flavio Helfenstein, champion du monde 2011 des mécatroniciens d'automobiles

 «C’est la fascination pour la technique et la vie intérieure des véhicules qui me motive jour après jour. J'ai grandi avec l'automobile, et je bricolais déjà dessus au jardin d'enfants». Source: Discours d'inauguration du centre de formation UPSA d’Olten, et discours des journées de la formation professionnelle de Lucerne du 22 mars 2011 au campus de Sursee.
 

 

Dario Cologna

 «Je suis la preuve même que l’on peut à la fois aimer la voiture et la nature. Mon objectif est d’associer les deux le mieux possible. C’est la raison pour laquelle je suis devenu ambassadeur du CheckEnergieAuto. J’aime conduire. Et quand on a tout prévu, que l’on n’a aucun stress, conduire une bonne voiture n’est pas seulement très confortable, mais aussi relaxant. Source: Tele-Top, 25.09.2013

 

Lukas Hediger, médaillé de bronze aux championnats du monde des métiers 2013

 «La formation dans la branche automobile suisse est au top niveau, comme le montrent les excellents résultats des Suisses aux championnats du monde des métiers. Pour accéder au métier de mécatronicien d’automobiles, les apprentis doivent posséder un bon niveau scolaire et une bonne condition physique. Il est très important que les garagistes montrent aux jeunes que les métiers de l'automobile offrent de très grandes opportunités professionnelles.» Source: Entretien à l’occasion de la «Journée des garagistes suisses» 2014.

 

Doris Leuthard, conseillère fédérale

 «La branche automobile occupe une place de premier plan dans la mobilité, autant en tant que branche, avec ses collaborateurs de haut niveau, que dans le contexte de la politique de transport. Pour relever les défis du futur, nous devrons mettre à la fois la route et le rail à contribution, sans les mettre en opposition.» Source: AUTOINSIDE 02/2014.
 

 

Simon Trummer, pilote de course professionnel en Série GP2

 «Pour moi, il était évident que je choisirais un métier en rapport avec l’automobile, car c’était le seul moyen de vivre à fond ma passion des voitures. Quand j’ai le temps, je bricole volontiers sur ma voiture. Aujourd’hui encore, tout ce que je peux faire moi-même, je le fais.» Source: AUTOINSIDE 02/2014.


 
 

Johann Schneider-Ammann, conseiller fédéral

 «J'ai suivi avec passion l’évolution des véhicules pendant des décennies. Mais même quand on est ingénieur, on est assez vite dépassé quand un voyant s'allume sur le tableau de bord des voitures actuelles hautement technologiques. Impossible de se passer d'un spécialiste.» Source: AUTOINSIDE 03/2014.

 

Antonio Torres, meilleur mécanicien Férrari du monde

 «Dès ma plus tendre enfance, j’ai toujours voulu être mécanicien automobile. La mécanique me fascine depuis toujours. Mon père m'a transmis sa passion pour les voitures italiennes. Mon conseil aux jeunes: il est primordial de faire preuve de beaucoup d’initiative personnelle et d’engagement.» Source: AUTOINSIDE 03/2013.

 

Videos

UPSA «Mission Possible» Cinéma spot‬



vers le haut