Fin de l'interdiction des véhicules à combustion

L'ouverture technologique s'impose

Fin de l'interdiction des véhicules à combustion

28 mars 2023 agvs-upsa.ch - Après la résistance de l'Allemagne, l'UE autorise tout de même une exception à l'interdiction des véhicules à combustion prévue pour 2035 : les moteurs à combustion fonctionnant avec des carburants électriques neutres pour le climat pourront continuer à être vendus après cette date. L'ouverture technologique exigée par l'UPSA s'impose ainsi.  

artikelbild_e-fuels_shutterstock.jpg
C'est désormais chose faite : les véhicules thermiques fonctionnant avec des e-fuels devraient rester autorisés après 2035. Photo : Shutterstock

tpf. L'interdiction des véhicules à combustion décidée par l'UE pour 2035 - en fait une interdiction des moteurs à émissions polluantes, ce qui reviendrait en fait à une interdiction des véhicules à combustion - devrait finalement bénéficier d'une exception pour les e-fuels. L'Allemagne en premier lieu, mais aussi l'Italie et d'autres pays comme la Bulgarie ou la Pologne, avaient annoncé leur opposition si les e-fuels n'étaient pas également autorisés.

Après de longues négociations avec l'Allemagne, l'UE a finalement cédé : Non seulement les moteurs sans émissions, mais aussi les moteurs neutres pour le climat doivent pouvoir continuer à être vendus après 2035 - donc aussi les moteurs à combustion qui fonctionnent avec des e-fuels produits synthétiquement à partir d'électricité verte. L'UE insiste toutefois pour que ces véhicules disposent d'un dispositif d'invalidation : S'ils continuent à faire le plein de carburant fossile disponible après 2035 pour les voitures immatriculées auparavant ainsi que pour les véhicules utilitaires, les moteurs doivent le détecter et le désactiver.

La flotte pourrait devenir climatiquement neutre
Les experts partent jusqu'à présent du principe que même avec les e-fuels, on ne construirait plus que des véhicules à moteur à combustion en petite série à partir de 2035, car l'industrie automobile elle-même s'efforce déjà sur un large front de ne vendre pratiquement plus que des voitures électriques et éventuellement des voitures à pile à combustible (pour l'hydrogène) après 2030. Mais maintenant, avec l'ouverture technologique, la voie des véhicules à combustion est au moins à nouveau ouverte. Plus important encore : pour tous les fabricants d'e-fuels - Porsche, par exemple, exploite une installation pilote au Chili - il existe enfin une sécurité de planification. Dans quelques années, les e-fuels pourraient ainsi être disponibles en plus grandes quantités et à un prix plus avantageux, ce qui permettrait à la flotte de véhicules à combustion existante de fonctionner sans impact sur le climat.

Toutefois, comme pour l'arrêt des moteurs à combustion, il reste encore un obstacle à franchir : Les 27 États membres de l'UE doivent donner leur accord, et jusqu'à présent, l'état d'esprit est loin d'être clair : la Lettonie, par exemple, a déjà vivement critiqué la modification. Actuellement, selon des voix au sein de l'UE, il est prévu d'élaborer la nouvelle réglementation d'ici la fin de l'année prochaine et si possible de l'adopter.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

4 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires