Conférence de la SECL: Les émissions des gaz d’échappement des véhicules de tourisme au cœur des discussions

Le 27 septembre 2016 agvs-upsa.ch - Lors de la conférence de cette année, organisée par la SECL (Société Suisse de l’étude des carburants et lubrifiants) en partenariat avec SAE-Switzerland, la législation sur les gaz d’échappement et la mesure des émissions en conditions de conduite réelle ont occupé le premier plan.

À partir de septembre 2017, les émissions de polluants des voitures nouvellement immatriculées seront indiquées en conditions de conduite réelle. Au département technique et informatique de la Haute-école spécialisée bernoise, une équipe dirigée par le prof. Jan Cerwinski a comparé différents PEMS (Portable emissions measurement system). De manière générale, on constate que les émissions de CO-, CO2- et NOx sont plus élevées que les valeurs calculées sur le banc d’essai à rouleaux (stationnaire).

Cette situation est cependant prise en compte par le législateur : en effet un « facteur de conformité » concernant les émissions de NOx sera bientôt appliqué. À partir de septembre 2017, ce facteur sera de 2,1 (cela signifie que la valeur limite peut être dépassée de 110 %), et à partir de janvier 2020, il passera à 1,5 (la valeur limite pourra être dépassée de 50 % seulement).

On a également pointé le fait que la législation jusqu’alors en vigueur pour les émissions de véhicules légers induisait une forte réduction en matière d’hydrocarbure (HC), de monoxyde de carbone (CO) et de particules fines, mais avait largement échoué concernant l’oxyde d’azote (NOx). Les législateurs de l’UE connaissent ce problème depuis plus de 10 ans. L’entrée en vigueur des nouvelles dispositions en 2017 n’est pas liée au scandale VW et est prévue depuis longtemps.

Christian Bach, directeur de la section « Systèmes de propulsion des véhicules » au sein de l’Empa, a souligné dans son exposé les avantages des véhicules fonctionnant au gaz naturel (Compressed Natural Gas CNG). Comparés aux moteurs à essence les plus récents (à injection directe), ceux-ci présentent d’ores et déjà un très bon comportement d’émissions, pour une faible contrainte technique. Grâce à des catalyseurs, les émissions de démarrage à froid nocives peuvent être éliminées.
 




Des représentants prestigieux du monde économique, de la recherche et des autorités sont intervenus devant les participants à la conférence de la SECL. De g. à dr. : Leif-Erik Schulte, Institut pour la technique automobile et la mobilité, TÜV Nord Mobilität GmbH & Co. KG, Essen ; Peter Mock, Dirigeant de ICCT Europe, Berlin ; Prof. Jan Cerwinski, contrôle des émissions des gaz d’échappement et laboratoires de moteurs, Haute-école spécialisée bernoise, dép. technique et informatique, Bienne ; Christian Bach, Direction de section Systèmes de propulsion des véhicules, EMPA, Dübendorf ; Jürgen Gieshoff, Research and Technology, Automotive Catalysts, Umicore AG & Co. KG, Hanau-Wolfarth ; Martin Schiess, Chef du département qualité de l’air et produits chimiques de l’OFEV ; Martin Rexeis, Institut pour les machines à combustion et thermodynamique, Université technique de Graz.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie