Divers systèmes de propulsion pour des trajets de longueurs différentes



25 septembre 2018 upsa-agvs.ch – Des voitures électriques en ville, un réservoir à hydrogène et une pile à combustible pour les longues distances : Horst Friedrich, directeur de l’Institut für Fahrzeugkonzepte (institut des concepts automobiles) du Deutschen Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR) (centre aérospatial allemand), croit à divers concepts automobiles pour différentes finalités.


abi. Dans une interview qu’il a accordée à Zeit online et qui a été publiée en septembre, Horst Friedrich a affirmé que les voitures entraînées par une batterie devraient être déployées dans les centres-villes, sur de courtes distances et dans la logistique urbaine pour des raisons écologiques, économiques et techniques. D’après M. Friedrich, environ la moitié de tous les itinéraires entrepris quotidiennement en voiture font moins de 40 kilomètres. « De petites batteries à bord de véhicules électriques assurent une autonomie suffisante pour couvrir de telles distances au quotidien. »

L’expert âgé de 64 ans estime que si le marché exigeait des autonomies plus généreuses, l’industrie automobile exaucerait son vœu. « Les voitures en deviendraient plus lourdes, la fabrication de leurs batteries de grandes dimensions s’accompagnerait de fortes émissions de CO2 et leur prix augmenterait. » À ses yeux, une chose est donc claire : « Il ne faudrait pas les solliciter pour des trajets de plus de 500 kilomètres ».

Une pile à combustible associée à un réservoir à hydrogène comme propulsion autonome
Pour les longs trajets, le directeur du DLR discerne plusieurs options telles qu’un véhicule équipé d’un moteur électrique « mais également d’un réservoir à hydrogène et d’une pile à combustible ». Il n’exclut pas non plus le diesel propre et il espère que les moteurs essence et diesel pourront utiliser à l’avenir des carburants synthétiques produits à partir d’énergies renouvelables. Il est persuadé que divers concepts automobiles pour différentes finalités coexisteront demain.

M. Friedrich estime que la pile à combustible associée à un réservoir à hydrogène constitue un système de propulsion autonome pour de longs trajets pouvant dépasser les 700 kilomètres. Le véhicule entraîné par une batterie dont l’autonomie atteint environ 200 kilomètres et muni d’une pile à combustible en guise de Range Extender (prolongateur d’autonomie) pourrait représenter une alternative. « Le conducteur utilise cette extension d’autonomie pour parcourir de plus longues distances dans des cas exceptionnels », a-t-il déclaré.

Le directeur du DLR impute à l’infrastructure la faible diffusion, jusqu’à présent, des voitures équipées d’une pile à combustible : alors que la plupart des prises électriques murales domestiques peuvent être utilisées pour charger une voiture électrique et que le nombre de bornes de charge ne cesse d’augmenter, les stations-service proposant de l’hydrogène sont plutôt rares. « La technologie de la pile à combustible fonctionnant à base d’hydrogène est parfaitement pertinente mais elle arrive après les véhicules électriques entraînés par une batterie », a ajouté M. Friedrich. Il a toutefois également souligné que les carburants synthétiques fabriqués par régénération ne sont en aucun cas exclus du périmètre des développements. « Les ingénieurs y travaillent d’arrache-pied. »

La mutation prend du temps
Il faudra encore un certain temps pour que la mutation soit achevée. L’institut de M. Friedrich a stimulé le développement de la mobilité : bien que les calculs fassent état d’une hausse de l’électromobilité en ville, il n’y aura aucune évolution notable des systèmes de propulsion utilisés sur les routes avant 2025. Les chercheurs partent cependant du principe qu’au moins 80 % des véhicules neufs seront électrifiés d’ici 2040 en Allemagne.

Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie