Le diesel : sous pression en Allemagne, sur la voie de la reprise en Suisse

27 février 2018 upsa-agvs.ch – L’Allemagne a introduit ce que beaucoup redoutaient : les interdictions de circuler pour les véhicules diesel en ville sont en principe possibles. La pression que subira le marché du diesel en Allemagne s’en trouvera accrue alors que le marché suisse commence déjà à se raffermir.


Feu au rouge : les villes allemandes peuvent dès à présent imposer l’immobilisation des voitures diesel.

kro. Le tribunal administratif fédéral allemand a rendu un arrêt de grande portée aujourd’hui mardi : les villes allemandes peuvent dès à présent prononcer des interdictions de circuler pour les véhicules diesel en vue de lutter contre la pollution atmosphérique. L’arrêt ouvre en principe la porte à de telles interdictions de circuler dans toutes les villes dont le plafond d’oxyde d’azote est dépassé. La mesure entrera toutefois en vigueur progressivement après une période de transition. Dans le cas de Stuttgart par exemple, les autorités de la ville ne pourront l’introduire avant le 1er septembre 2018. Les spécialistes envisagent tout de même des conséquences de grande ampleur et les associations économiques communales craignent que de telles interdictions puissent paralyser l’activité artisanale en ville.
 
La situation suisse n’est pas comparable à celle qui prévaut en Allemagne. La preuve en est que le recul de la part de marché en Suisse en 2017 fut nettement moins important. D’après les données d’auto-suisse, la part du diesel dans les véhicules neufs n’a en effet enregistré « qu’une » baisse de 3,2 % au cours de l’année écoulée, un chiffre relativement modeste à l’aune de l’hystérie qui s’est emparée du voisin septentrional de la Suisse.
 
Les durées d’immobilisation enregistrent à nouveau une baisse
Alors que les prix et les parts de marché des véhicules diesel subissent une pression croissante en Allemagne suite à la décision du tribunal siégeant à Leipzig, le marché du diesel suisse fait d’ores et déjà état des premiers signes de raffermissement. auto-i-dat ag ne recense ainsi des « durées d’immobilisation en légère croissance que pour de rares marques » qui ne dépassent celles de l’an passé que de 5 % au plus d’après René Mitteregger, le spécialiste des données. M. Mitteregger ne constate pour le moment « que des rectifications de valeurs marginales ». Dans le cas de certaines marques telles que Renault, Citroën ou Peugeot, des durées d’immobilisation plus courtes ont déjà été constatées d’après lui.
 
Le spécialiste d’auto-i-dat ag conseille par conséquent de continuer à faire preuve de retenue : « Le moteur diesel continue de se justifier pour les grands véhicules affichant des kilométrages importants », déclare-t-il. Par ailleurs, il ne serait pas possible de respecter les plafonds d’émissions de CO2 imposés par les décideurs politiques sans la contribution des véhicules diesel.
 
Depuis l’été 2017, auto-i-dat ag publie tous les trimestres un Diesel Reporting contenant toutes les données pertinentes relatives au marché des voitures neuves et d’occasion, données qui sont indispensables aux importateurs, aux concessionnaires et aux propriétaires. Le prochain Diesel Reporting paraîtra à la mi-mars.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie