« Pas de signes encourageants pour le diesel »

25 juillet 2018 upsa-agvs.ch – Depuis le début de l’année, Olivier Lourdin occupe le poste de Head of Marketing & Communications chez Eurotax. Dans son interview, le Français aborde la stratégie de numérisation, la mobilité partagée et le diesel.
 
sco.  M. Lourdin, quelles sont les priorités que vous établissez dans votre travail en tant que Head of Marketing & Communications chez Eurotax ?Olivier Lourdin : Mon activité consiste à renforcer le positionnement d’Eurotax comme LE spécialiste de l’évaluation sur le marché de l’occasion en utilisant une communication proactive, transparente et ciblée. Les diverses données extrêmement détaillées représentent l’élément central de notre activité. En effet, les produits numériques d’Eurotax émanent en premier lieu de l’analyse et de l’évaluation de ces données. Ils visent à atteindre des résultats mesurables en matière d’efficacité et de réduction des coûts. Ainsi, nous essayons d’établir une base décisionnelle objective et actuelle pour tous les acteurs de la branche automobile.

Eurotax mène une stratégie numérique claire. Pourquoi ce changement de paradigme ? 
Je ne considère pas que la stratégie numérique adoptée par Eurotax depuis déjà plus d’un an est un changement de paradigme, mais plutôt une amélioration et adaptation à un nouvel environnement. Nous vivons une mutation numérique mondiale qui entraîne de nombreux changements. Nous sommes donc obligés d’orienter notre stratégie vers le numérique, d’exploiter à fond le potentiel d’innovation de la numérisation et de tirer profit des opportunités de l’intégration numérique de nos clients.

Quels nouveaux produits planifiez-vous jusqu’à 2020 ?
Nous avons établi un solide plan d’investissement afin de proposer constamment à nos clients et partenaires des produits avec lesquels ils peuvent renforcer leur image de marque et la fidélité de leurs clients ainsi que maximiser leurs bénéfices. Par exemple, je pense au rapport Performance Management Report (PMR) que nous avons introduit récemment. Cet outil en ligne interactif, personnalisé, actualisé en permanence et très rapide offre la possibilité aux constructeurs, aux importateurs et aux grands concessionnaires d’obtenir un parfait aperçu de leur marché. Enfin, nous doterons nos produits existants de nouvelles fonctionnalités, notamment l’application de calcul des dommages « RepairEstimate », qui connaît un franc succès.

La mobilité partagée a le vent en poupe : si moins de personnes possèdent une voiture, les achats et ventes vont également diminuer. Comment voyez-vous le rôle d’Eurotax à l’avenir ? 
L’autopartage fait partie de la mobilité partagée et, comme vous l’avez dit très justement, il est en plein essor. Par exemple, à la fin de l’année 2017, un prestataire de services d’autopartage viennois connu a doté sa flotte de 200 nouveaux véhicules pour atteindre un total de 700 véhicules. C’est très positif pour nous, car ces véhicules arriveront sur le marché de l’occasion à l’avenir et, à partir de ce moment, Eurotax sera l’interlocuteur idéal en matière de calcul de dommages et d’évaluation.

Le diesel est une thématique qui préoccupe les automobilistes et garagistes suisses. Que prévoit votre sismographe par rapport au développement du diesel ?
Depuis l’éclatement du scandale du diesel en septembre 2015, nous observons une légère baisse constante du prix des véhicules diesel d’occasion par rapport aux véhicules essence. Jusqu’à aujourd’hui, cela n’a pas donné lieu à une chute drastique des prix en Suisse, mais nous partons du principe que les prix des véhicules diesel d’occasion continueront à reculer par rapport aux véhicules essence, et ce pour trois raisons : tout d’abord, les voitures diesel rachetées pendant les années 2015/16 couronnées de succès et émanant des flottes et du leasing arriveront de nouveau sur le marché dans un avenir proche, ce qui va accentuer la pression sur les prix. De plus, la demande en véhicules diesel neufs régresse fortement depuis longtemps. Enfin, les gros titres récents comme les premières restrictions de circulation pour les anciennes voitures diesel en Allemagne, ainsi que l’annonce de divers constructeurs de ne plus proposer de moteurs diesel et les rappels du groupe Daimler ne sont pas des signes encourageants pour le diesel. Un aperçu est disponible dans nos Insights, disponibles gratuitement tous les mois sur notre site Internet, et dans nos revues du marché trimestrielles.

Quelles sont vos recommandations aux concessionnaires ?
De manière générale, les concessionnaires devraient observer attentivement le marché et réaliser une gestion professionnelle des véhicules d’occasion. D’ailleurs, nous proposons les meilleurs produits pour y parvenir !
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie