Quelles innovations, Madame Sommaruga?

Télévision suisse

Quelles innovations, Madame Sommaruga?

15 mai 2021 upsa-agvs.ch – Dans un mois, le peuple suisse se prononcera sur la nouvelle loi sur le CO2. Les positions sont adoptées et l’émission «Arena» de la télévision suisse consacrée au référendum a soulevé de vifs débats, mais n’a apporté aucune nouvelle information.
 
sco.  À la droite de l’animateur Sandro Brotz se tenaient la ministre de l’environnement Simonetta Sommaruga et le conseiller aux États PLR lucernois Damian Müller. À sa gauche, le conseiller national UDC Christian Imark et Thomas Hurter, président de l’ACS et président central désigné de l’UPSA. La ligne argumentaire de Christian Imark s’intéressait d’une part aux coûts et, d’autre part, au bien-fondé douteux de cette loi couteuse et antisociale. Mille nouvelles centrales au charbon sont aujourd’hui en construction ou planifiées dans le monde entier, a expliqué le conseiller national UDC avant de demander si la Suisse pouvait réellement sauver le monde. Il a en outre démoli l’allégation des partisans selon laquelle la nouvelle loi prévoit de «redistribuer» l’argent: «En fait, le prix de l’essence et du mazout augmenteront et une taxe sur les billets d’avion sera introduite.»
 

De vifs débats: l’animateur Sandro Brotz (g.) et le conseiller national UDC Christian Imark. (Photo: capture d’écran de la SRF)

Thomas Hurter voit également d’un mauvais œil la question du prix de l’essence et de la taxe sur les billets d’avion. Le pilote de la compagnie Swiss s’est exprimé avec plus de retenue et moins d’émotions que son collègue de parti, plus jeune, mais n’a pas pour autant été moins clair dans ses propos. La loi sur le CO2 est une redistribution pure et dure de l’argent, qui est «politique et non économique». Elle sanctionne une partie de la population en lui imposant de s’acquitter de taxes. Il ne veut pas prendre part à une telle redistribution.

Les deux hommes politiques de l’UDC ont ainsi tenu des propos un peu plus précis que leurs opposants, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le conseiller aux États Damian Müller. Outre la mauvaise conscience d’une économie couronnée de succès, prospère et (encore) libérale, la conseillère fédérale PS et le conseiller aux États PLR ont surtout mis en avant l’argument de l’innovation. La loi sur le CO2 encourage l’innovation dans les technologies respectueuses du climat. Comment, où et avec quels moyens ce processus de redistribution favorise-t-il l’innovation? Nous avons attendu en vain la réponse à cette question.

Et la question, débattue depuis des mois, de savoir si la nouvelle loi coûtera à chaque citoyen 100 ou 1000 francs par année, n’a, sans grande surprise, pas non plus trouvé de réponse vendredi soir. Les quatre invités de l’animateur Sandro Brotz se sont accordés sur un point: le changement climatique est en cours. La question reste de savoir si la loi sur le CO2 est l’instrument adéquat pour le stopper.
 
 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

2 + 18 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires