Une opportunité pour de nombreux garagistes

15 janvier 2021 agvs-upsa.ch – Derrière ces termes se cache un véritable potentiel pour les garagistes. Selon les cantons, les automobilistes ne sont pas forcément obligés de se rendre une nouvelle fois au service des automobiles pour une confirmation de réparation ou une contre-visite, mais peuvent demander à leur garagiste d’effectuer ces procédures. La ­reconnaissance cantonale souligne non seulement la qualité des prestations réalisées par les garagistes, mais offre à ces derniers la possibilité d’augmenter les recettes.

rbv_artikel_920x510.jpg
Source: L'UPSA médias

jas. Régulièrement, les automobilistes sont tenus d’effectuer le contrôle périodique de leur véhicule auprès de l’office de la circulation routière. Concernant le contrôle des véhicules à moteur (CVM), le canton vérifie que le véhicule remplit les exigences minimales en matière de sécurité routière. Cette inspection s’effectue généralement auprès du de l’office de la circulation routière compétent, mais également auprès des garagistes certifiés ou des prestataires de contrôle externes, comme par exemple les centres techniques du TCS.

En cas de points défaillants, l’automobiliste n’est pas obligé de retourner à l’office de la circulation routière pour une confirmation de réparation ou une contre-visite. Une procédure claire définie par les services cantonaux suisses et la principauté du Liechtenstein permet cette souplesse. Dans de nombreux cantons, les sections de l’UPSA ont pesé de tout leur poids auprès des autorités pour que leurs membres puissent effectuer la procédure de confirmation de réparation (PCR) ou la procédure de contre-visite (PCV), dès lors que certaines exigences minimales sont remplies. Depuis plus de 23 ans, le canton des Grisons en fait l’expérience avec succès : près de 18 000 confirmations sont délivrées chaque année directement par les garagistes.

Le canton de Zurich s’apprête à sauter le pas, pour les voitures, les véhicules à moteur légers jusqu’à 3,5 t, les véhicules lourds et les remorques, également les deux-roues. « C’est très important à nos yeux d’offrir ainsi à nos membres une nouvelle prestation avec une réelle valeur ajoutée », confie Christian Müller, président section Zurich de l’UPSA. « Le garagiste tire déjà profit de la suppression des aller-retours aux centres d’expertise. Des heures qu’il peut utiliser autrement. En outre, la PCR génère un chiffre d’affaires supplémentaire. » Christian Müller table sur 30 000 PCR par an et se réjouit d’avoir pu mettre sur pied cette nouvelle offre pour les garagistes zurichois après deux ans de négociations, grâce à la bonne entente avec les autorités et le gouvernement. « La procédure s’offre aux membres de l’UPSA, ainsi qu’aux non-membres », selon le principe de l’égalité de traitement. « Nos membres bénéficient cependant de prix préférentiels, notamment parce que leurs entreprises ont déjà été contrôlées dans le cadre des conditions à remplir pour devenir membre. »

20200904_gv-agvs-zuerich-sigrist-70.jpg
Christian Müller, président section Zurich de l’UPSA. Source: L'UPSA médias

La mise en œuvre a duré plus longtemps que prévu, car on a voulu dès le départ adopter à Zurich une PCR numérique. « Nous avons voulu une version électronique avec une connexion directe aux systèmes IT de l’office de la circulation routière », explique C. Müller. « Aujourd’hui, c’est fait, et nous offrons ainsi aux garagistes concernés une solution très fiable et une valeur ajoutée. » Manfred Wellauer, qui a suivi étroitement le projet de la section Zurich, le confirme : « Les principaux défis lors de l’introduction de la PCR ont été les exigences d’assurance-qualité des différentes parties pour arriver à un dénominateur commun homogène, mais conjugué à de la valeur ajoutée pour tous les partenaires. » Du fait de la crise sanitaire et des nécessaires adaptations IT du canton de Zurich, le lancement et l’audit des entreprises pilotes pour la PCR ont pris du retard. L’UPSA estime que tout sera prêt au printemps 2021.

« Nous commencerons avec des entreprises pilotes, puis nous nous étendrons progressivement, car le service des automobiles tout comme l’UPSA visent à déployer un réseau d’entreprises autorisées », précise M. Wellauer. Les entreprises doivent être en mesure de procéder aux mêmes contrôles techniques que l’office de la circulation routière, et justifier d’un certain niveau de savoir-faire et de formation du personnel. « Concernant les exigences, nous sommes encore en train de peaufiner les détails avec le canton », ajoute le vice-président de l’UPSA. La section Zurich ayant conclu un accord sur la PCR avec l’office de la circulation routière, l’UPSA sera tenue prochainement de garantir entre autres la qualité des garages via des audits. L’autorisation de PCR est nominative ; par conséquent, en cas de changement de personnel dans les garages, elle n’est pas automatiquement reconduite. Par ailleurs, l’entreprise est tenue d’apporter les justificatifs liés à la réparation en bonne et due forme lors d’un contrôle ultérieur. Point positif : à Zurich, l’élaboration numérique de la procédure de confirmation de réparation sera possible dès le départ pour les garagistes. Cela minimise considérablement les dépenses.

Tandis que Zurich s’apprête à franchir le pas, la PCR est déjà établie dans une bonne moitié des cantons. Les offices de la circulation routière cantonaux ont, dans la plupart des cas, des retours très positifs, comme le révèle une enquête d’AUTOINSIDE auprès des responsables concernés. Les garagistes qui souhaitent postuler pour réaliser les PCR dans leur région doivent idéalement s’adresser à leur section UPSA.

Les règlements PCR dans les différents cantons en format PDF


 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires